SCCF / MCMELUN
Organisation - Journée rencontre Side-Solo

Article tiré de "LA MOUETTE", journal du MCMS

Depuis quelques années, le MCMS organise un petit rassemblement sur la journée pour permettre aux motards à deux et trois roues de se rencontrer et de parler des mérites respectifs de leurs montures. Avis impartiaux, forcément impartiaux...
Une balade, ponctuée par une visite (musée des pompiers de Fontainebleau, musée moteur et motos de la SNECMA, Fief des Epoisses, verrerie d'art de Soisy sur Ecole, le Cyclope...) et le repas du midi, offre bien souvent une bonne occasion de se parler. En règle générale, les solos du Club facilitent le franchissement des carrefours et, au fil de la journée, ils sont rejoints par d'autres solos, qui venaient au départ juste pour participer... Des échanges de guidons, des baptêmes dans les paniers ou à leur guidon incitent même certains motards à passer au side...
Non, ce n'est pas qu'un véhicule pour familles nombreuses (petit rappel pour ceux qui ont du mal à suivre, il n'y a que deux places sur une moto...), on peut aussi "jouer" avec un side. Et sur une route de montagne, un panier bien mené rend la vie difficile à un solo qui voudrait le suivre... Ou rester devant (hein Fred!). Regardez donc le classement scratch du championnat de France de Rallye Routier.
En 1998, petite variante, le SCCF coorganise avec le MCMS (MC Motards Sympas) un rassemblement sur un week-end entier, les 17 et 18.10.1998. RDV au Local à 14h, balade, visite du Musée de la SNECMA pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, nuit sous la tente (chapeau, vu le temps !), rallye touristique le dimanche... Du temps bien occupé.

Le texte suivant est paru dans "Précession".


3 roues pour un Cyclope - Une - Première

Afin de recevoir son correspondant japonais - Hajime KARASAWA, le SCCF a organisé un week-end francilien, incluant la visite du Cyclope, une sculpture psychédélique à côté de Milly la Forêt.
Malheureusement, l'accès à ce dernier est interdit aux enfants de moins de 10 ans, sanctionné par un tarif de 30F. Il est perdu en pleine forêt et l'entrée est limitée à un groupe de 23 personnes durant 40 minutes.

Aussi, le programme se définira ainsi :
L'accueil ne débutera le Samedi qu'à 14h00 (école oblige), une visite du Musée GNOME ET RHONE à SNECMA VILLAROCHE à 15h00, suivi d'un mini-rallye touristique à 16h30 et la soirée dans la ville de ST FARGEAU-PONTHIERRY. Nous y avons trouvé un service des sports plein d'enthousiasme et qui a fait l'impossible pour nous accueillir dans des conditions plus qu'honorables, vu que nous avons sollicité leur aide 1 mois et demi seulement avant la date.
Le Dimanche se poursuivra par une balade de 78 km en cortège, passera tout de même par le Cyclope(sans le visiter) et s'achèvera au moto-club de Melun.

Samedi 17

J'arrive au moto-club à 13h40 pour installer le fléchage en compagnie de JEAN-MICHEL. Dès 14h00, les premiers participants arrivent sous un déluge qui dure depuis 2 heures déjà et un vent à "décorner les bœufs". Nous les accueillons du mieux possible en leur offrant le café.
Après le briefing, tout le monde se dirige en cortège vers SNECMA. Un side-cariste devra néanmoins faire un détour pour réparer une crevaison. Il rejoindra le musée en compagnie de JACQUES du MCMS.
OLIVIER, SANDRA, son frère CEDRIC et moi-même restons néanmoins jusqu'à 16h00, car bon nombre de pré-inscrits ne sont toujours pas arrivés. Grand bien nous en a pris car un accident sur l'autoroute a ralenti la circulation et retardé ceux qui viennent par la suite durant la permanence.
Tandis que SANDRA part faire les courses, je charge ma voiture, referme le moto-club, accroche le programme à l'entrée (afin d'être joignable) et me rends à la gare de Melun pour récupérer le fléchage. HERVE m'avait dit qu'ALAIN RONDEAU serait présent durant ce week-end sur son trike Mégaphone avec un moteur de Mégane 1.6 Injection (ou sa trique pour les francophones avec un moteur de bécane en question).
Alors que je viens de retirer les premières flèches, je vois passer un trike tout jaune sur la N6... dans le rétroviseur intérieur de ma voiture. Nous ne nous sommes jamais vus mais je n'ai aucune difficulté à le reconnaître. Ce n'est qu'après avoir fait le tour de la place qu'il aperçoit un RANTAMPLAN lui faire de grands signes sur le trottoir d'en face. Cinq minutes plus tard, ses amis le rejoignent sur un trike jaune avec un moteur de Coccinelle, lui. Encore une flèche et ils ne retrouvaient jamais le moto-club.
Le temps de récupérer les dernières, nous partons sur le site de la SNECMA. Enfin presque, le trike VV vient fourrer son nez dans les affaires de celui d'ALAIN. Il faudra plonger dans le formol le résultat d'une telle copulation.
Nous arrivons à temps pour le départ du rallye et leur donner un road-book. Un autre invité tant attendu arrive à son tour ; le soleil !!!
Suite à l'effusion à coup de trique, la courroie d'alternateur d'ALAIN (plus exactement de son trike) lâche au bout de 10 mètres. Bref, quand 2 trikes s'embriquent, c'est la courroie qui trinque. Ils préféreront alors repasser par Melun pour la changer, plutôt que de prendre le risque de pousser.
Il est plus que temps pour moi de partir, mais un F6C et un 15 Gold+Héchard sont encore sur le parking et l'on ne sait pas où sont les propriétaires. Finalement, CHRISTIAN, FRANCOIS et ses enfants sortent du musée et préfèrent ne pas faire le rallye. Tant pis, ils me suivent sur le parcours passant par le château de VAUX LE VICOMTE, lieu de beaucoup de tournages de film. Après une petite séance photo, nous continuons à travers la Seine et Marne par de petites départementales que le soleil commence à sécher, pour arriver au contrôle n°1, tenu par JEAN-MICHEL et JJD. Un jeu à bascule les y attend et ils décident de faire le reste du rallye par leurs propres moyens. Ça tombe bien, je dois repasser au club car j'ai oublié les brûleurs. J'ai 3 bouteilles de gaz dans ma voiture, mais elles risquent de ne pas m'être d'une grande utilité pour le café.
Lorsque j'arrive à la salle de Tilly (lieu du dîner), il est déjà 18h30 et la soirée débute à 19h00. Le temps de décharger la voiture en compagnie d'HERVE, du père de SANDRA et de CAROLINE, et je flèche le parcours jusqu'au COSEC (lieu d'arrivée et du contrôle n°2).
Il est 19h20, tous les participants ont fini le rallye et les calculs sont en cours, les tentes sont plantées, les derniers achats effectués et tout le monde se rend à la salle pour débuter la soirée, qui verra la visite de M. MUNIER, maire-adjoint au service des sports. Encore une fois, OLIVIER, CEDRIC et moi restons sur place, afin de surveiller le camping.
Les 2 trikes arrivent après avoir trouvé la courroie et fait une brève incursion dans un troquet. On envoie ALAIN à la salle, mais ses 2 amis ne peuvent pas rester car ils sont attendus à la FERTE GAUCHER.
De nouveau, nous sommes 3 plantons à devoir tenir toute la nuit et... nous n'avons rien à boire. Je retourne donc à la salle durant l'apéro et la remise des lots. Le premier du rallye - DENIS CAUWET (du SCCF) se voit récompensé par... une adhésion à Précession !! Plus tard dans la nuit, SANDRA revient remplacer OLIVIER et CEDRIC, pour qu'ils profitent un peu de la soirée. Lorsqu'ils reviennent, nous en sommes toujours à gonfler le matelas pneumatique (Qui c'est qu'a touché au matériel ?) Puis ce sera notre tour afin de préparer le café. Une demi-heure plus tard, nous pouvons nettoyer la salle.
Sur le chemin du retour vers le COSEC, je commence à récupérer le fléchage. C'est alors que JEAN-PIERRE et surtout HERVE courent après les flèches. Ce n'est finalement qu'à 2h00 que nous pouvons fermer les yeux.

Dimanche 18

Réveil à 8h00. Comme nous ne restons pas sur place, nous rangeons nos affaires et plions nos tentes après un petit déjeuner offert. Un peu avant 11h00, les motards du MCMS arrivent pour la balade en cortège.
Tout le week-end, nous avons espéré la visite de Hajime KARASAWA, accompagné de sa femme Teiko et ses 2 filles, ainsi que Popaul chez qui ils étaient hébergés. Malheureusement, celui-ci nous appelle pour nous dire que cela ne se fera pas, car ils ne pourront arriver à temps.
< A 11h00 donc, nous partons du parking sous les yeux de M. MUNIER, venu nous saluer une dernière fois.
Le temps est au beau fixe, rendant très touristiques les départementales empruntées durant la saison où les arbres sont parés de jaune, de rouge ou de vert. Après être passés devant le château de COURANCES, nous traversons une route à forte circulation. Il n'est aucunement question de bloquer le moindre véhicule et les premiers side-cars passent chacun leur tour. Mais rapidement, les voitures rencontrées décident d'elles-mêmes de s'arrêter pour nous laisser passer.
A l'entrée d'ARBONNE LA FORET, j'arrête le cortège et explique à chacun que nous allons passer par "les 17 virages", réputés pour leur caractère... acrobatique. Lorsque je leur propose de passer devant à l'approche de ceux-ci, plus de la moitié des pilotes me disent ne pas vouloir en profiter. Mais quand je prends le premier virage, seuls 3 side-cars sont restés derrière moi. Ah Arsouille, quand tu nous tiens !
Nous les rejoignons un peu plus haut et continuons jusqu'au parking des 3 pignons, sur lequel nous nous arrêtons pour le déjeuner. Le ciel est bleu, le soleil brille (ce n'est pas de la mauvaise poésie, c'est la réalité), il fait chaud et il n'y a pas de vent. Ce qui amène beaucoup d'entre nous à pique-niquer dans les rochers en pleine forêt. Pour beaucoup, les organisations telles que celle d'aujourd'hui sont les seules occasions de se retrouver, et comme la plupart ne peuvent participer à tous les rassemblements, on ne se voit parfois qu'une fois par an.
Il est 14h00 et tout le monde est prêt pour le reste de la balade. Un quart d'heure plus tard, nous arrivons sur le Beaubourg de MILLY LA FORET, j'ai nommé le CYCLOP. L'accès principal étant barré, nous faisons un détour pour le rejoindre à travers un chemin bitumé dans la forêt, interdit aux motos et aux voitures. Il n'est nullement mentionné les side-cars, et une personne de la Mairie nous a précisé ne nous avoir rien dit. Ca veut tout dire. Nous nous arrêtons donc en épi et en laissant le libre accès pompier (On n'est pas des sauvages !) et nous rendons au "pied" de cette tête tirant la langue, avec une corne, une dent et... un œil mobile (cf. photo jointe), le tout recouvert de brisures de verre.
Au bout d'une demi-heure, nous rejoignons les véhicules et j'entends une chose que je croyais impossible : "c'est intéressant".
Avant de repartir, un tiers des personnes présentes nous quittent, après nous avoir dit "au revoir" et remercié, visiblement contentes de leur week-end. Nous continuerons le parcours à plus vive allure (env. 80 km/h) toujours en cortège, passant par la caverne des brigands, pour arriver au moto-club de MELUN.
Toute manifestation ne saurait s'achever sans pot d'amitié, et nous ne dérogerons pas à la règle, car c'en est une.

Toute personne ne saurait parler de ce week-end sans passer au chapitre des remerciements, auquel je tiens beaucoup :
En premier lieu, toutes les personnes qui ont fait le déplacement en osant braver les éléments. Grâce à eux, nos efforts n'ont pas été vains et l'on est heureux d'avoir fait plaisir ne serait-ce qu'une journée.
En second, la municipalité de ST FARGEAU-PONTHIERRY et le dynamisme de son service des sports car, il y a seulement 1 mois et demis, ça sentait le pâté.
En troisième, tous les motards sympa du MCMS (Moto-Club de MELUN SENART) pour leur bénévolat, bien que je connaisse certains d'entre eux depuis une dizaine d'années.
En quatrième et dernier lieu (les meilleurs pour la fin), OLIVIER et SANDRA qui ont toujours trouvé la patience pour satisfaire à mes desiderata, et Dieu sait qu'il y en a eu.

Gilles LEFEVRE

Le bureau du S.C.C.F. tient vivement à remercier Gilles LEFEVRE. Cet adhérent nous a beaucoup aidé pour l'organisation de cette première balade en I.D.F. Etant donné la réussite de celle-ci, il y aura peut-être lieu à une suite. Qui sait !